Bilan de compétences Paris : Tout commence par un premier rendez-vous d’information « Nous contacter »

Le bilan de compétences se décompose en 2 phases : un temps de respiration et un temps d’élaboration d’un projet professionnel réaliste.

Le premier temps de respiration vous permettra d’effectuer un « pas de coté » sur votre vie au travail. Ce « pas de côté », pendant lequel vous vous interrogerez sur votre activité, vos réalisations,vos valeurs et motivations a une double fonction : un recul réflexif sur votre travail qui va vous permettre de prendre conscience de votre potentiel et un appel d’air pour vous permettre d’envisager d’autres voies professionnelles.

Il est important, ici, d’insister sur le concept de potentiel en s’inspirant des travaux de Bernard PROT (lui-même inspiré des travaux de Lev VYGOTSKY). Le concept de potentiel est ce qui va vous permettre, à travers l’échange avec le consultant sur vos réalisations au travail, de faire le lien entre votre expérience de travail vécue au quotidien et le travail prescrit tel qu’on peut le trouver dans des référentiels de compétences, des fiches de poste ou des offres d’emploi. En ce qu’il vous permet de faire ce lien entre travail réel et prescrit, ce concept de potentiel vous ouvre beaucoup plus de perspectives que la notion de compétences qui a tendance à figer les représentations.

Par exemple ce qu’une assistante de direction vient « chercher » en réalisant un bilan de compétences c’est paradoxalement moins un bilan de ses compétences (faire une liste de ses compétences en lui disant qu’elle maîtrise Word, Excel, PowerPoint, la tenue d’un agenda, et éventuellement la langue anglaise, constitue une simple confirmation mais rarement une découverte) que l’identification, même confuse, de son potentiel. En effet cette identification peut lui permettre d’imaginer différentes pistes professionnelles en évolution (vers par exemple le métier d’office manager) ou en reconversion. Par la liberté qu’elle offre, la notion de potentiel permet d’envisager un champ plus vaste de transitions professionnelles que la notion de compétences qui a tendance à encourager la répétition des expériences professionnelles dans un même domaine ou sur un même métier.

Le second temps du bilan de compétences vous permettra d’évaluer le degré de désirabilité et la faisabilité de changer de poste, de métier, de statut au regard de votre situation. Ce changement d’environnement professionnel dépendra de la mise en rapport des éléments individuels identifiés lors du « pas de coté » de la première partie (potentiel, valeur, motivation) avec votre environnement familial et financier et la réalité du marché du travail. En fonction du constat partagé par vous et le consultant au terme de la première phase, différentes pistes pourront être suivies pendant la seconde partie afin de rendre ce projet plus concret et réaliste. Parmi ces pistes, on peut citer la réalisation d’enquête métier auprès de professionnels pour appréhender la réalité d’un métier, la recherche d’une formation de reconversion et de son financement, l’accompagnement à la création d’entreprise, l’accompagnement à la VAE, l’identification d’un poste à moyen terme…

Pour cette seconde partie, l’accent sera mis lors des échanges avec votre consultant, sur la dimension réaliste et réalisable de votre projet professionnel. L’évaluation de cet aspect réaliste de votre projet professionnel passe par la détermination d’un faisceau d’indices relevant de critères objectivables et d’autres plus subjectifs. Parmi les critères objectivables on peut citer le type et le niveau de diplôme requis pour accéder à la profession, l’état du marché du travail sur le métier considéré en un temps et un lieu donné ou le niveau des compétences que vous avez développées au cours de votre expérience professionnelle, pouvant être mobilisés dans le cadre de votre projet professionnel. Des éléments plus subjectifs liés au sens que vous donnez à votre implication au travail, aux leviers de motivation qui vous animent,au degré de soutien de votre entourage, au réseau de connaissances que vous pouvez mobiliser pour vous aider à réaliser votre projet, au moyen financier dont vous disposez, à votre situation professionnelle actuelle… doivent également être pris en compte pour alimenter ce faisceau d’indices rendant votre projet professionnel réaliste.

Bilan de compétences

2- Les conditions pratiques de réalisation d’un bilan de compétences 

La durée :

le bilan de compétences se compose de 16h d’entretien (10 séances) entre vous et votre consultant, réparties sur 3 mois, auxquelles il faut ajouter environ 10h à 12h minimum de travail personnel.

Qui peut financer votre bilan ?

le plan de formation : votre employeur prend en charge votre bilan de compétences, avec l’appui possible de l’OPCA duquel il dépend.

le CPF : le bilan de compétences fait partie des actions éligibles au CPF depuis 2017. Pour monter votre dossier une adresse: www.moncompteactivite.gouv.fr.

A noter : si vous souhaitez que votre démarche se fasse sur votre temps de travail, l’accord de votre employeur est nécessaire sur le principe (contenu) et le calendrier de bilan. Hors temps de travail : l’autorisation de votre employeur n’est pas requise. 

Je suis intéressé(e) 

Vincent MARITANO

Directeur de MAM-RH